IL CASTELLO DI ROCCA GRIMALDA
Le Château

Dominant la vaste vallée de l’Orba et ainsi convoité pour sa position stratégique et facile à défendre, le château a été construit en plusieurs phases successives autour de la majestueuse tour de guet circulaire dès le début du XIIIe siècle. Faisant partie du fief du marquis de Monferrat, il a ensuite été transmis aux marquis de Gavi. Puis, en 1431, il a été donné à Jean Galeazzo Trotti, le capitaine des mercenaires du Duc de Milan. En 1570, le fief a été acquis par Baptiste Grimaldi, d’origine génoise. Sa famille est restée propriétaire du château pendant plus de 250 ans. Elle en finit la construction à la fin du XVIIIe siècle avec la majestueuse façade côté ouest, la Chapelle décorée à l’aide de trompe-l’œil et la réalisation du jardin suspendu, surplombant la vallée de l’Orba. La présence des Grimaldi, influente et durable, a provoqué le changement définitif du nom du village en “Rocca Grimalda”. Un lieu enchanté Un cadre magnifique pour des événements, des représentations théâtrales et des cérémonies.

Des visites-guidées pour les groupes sont possibles pendant toute l’année, sur réservation, tandis que pour les visites individuelles, un calendrier des ouvertures est publié sur le site du château de Rocca Grimalda dans la section « Événements et initiatives » ou bien sur les sites www.castelliaperti.it et www.castellipiemontesi.it.

Le Jardin

La réalisation du jardin remonte à la moitié du XVIII siècle quand, une fois terminée la majestueuse façade occidentale, Baptiste Grimaldi III décide d’augmenter aussi l’espace se trouvant autour du château et de créer un splendide belvédère au-dessus de la Vallée de l’Orba. Restauré récemment et inséré dans la liste des jardins historiques de la Région Piémont, ce parc comporte trois jardins complètement différents : le Jardin à l’italienne, le Bosquet ou Jardin romantique, et le Jardin secret ou Jardin Monastique médiéval. En plus de ces trois jardins, il y a aussi les bois qui ont poussé sur la roche abrupte. Les Grimaldi le traversait pour descendre à l’Orba ou pour remonter au château. De la vaste propriété agricole, il ne reste qu’un seul grand pré à l’Ouest, entouré de cèdres, de sapins et de chênes. On y trouve encore de vieux poiriers et de vieux pommiers, des souvenirs de l’ancien verger.